Fiche Métier

Agent territorial spécialisé des écoles maternelles (ATSEM)

Agent territorial spécialisé des écoles maternelles (ATSEM)

Fonction Publique Territoriale

Catégorie C

Filière Médico-social

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

Conditions d’accès :

Concours externe et interne avec conditions de diplôme et/ou examen d'intégration en fonction du cadre d'emplois, concours troisième voie.
Profession et conditions d'exercice réglementées

Seconder l’enseignant dans les activités pédagogiques et faciliter l’acquisition de l’autonomie des tout-petits

Les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles, plus communément appelés ATSEM, travaillent, comme leur cadre d’emploi l’indique dans les écoles maternelles. Placés sous l’autorité fonctionnelle du directeur d’établissement pour l’organisation de leur travail quotidien, ces agents relèvent du personnel communal. Au quotidien, ces professionnels de la petite enfance travaillent en collaboration avec l’équipe enseignante en lui apportant une assistance technique et éducative. Rencontre avec Maryline Fortes, ATSEM depuis 30 ans dans une commune de 4 000 habitants.

Assurer la prise en charge et la sécurité des « tout-petits »

 «Véritable bras droit » de l’enseignant, l’ATSEM prépare le goûter des enfants, s’occupe de leur hygiène (lavage des mains, habillage et déshabillage, allées/venues aux sanitaires) ainsi que celui du matériel et des locaux… Une partie de leur travail est d’assurer la logistique et la prise en charge des enfants de 2 à 6 ans.
« Mon métier est très diversifié. Afin de garantir de bonnes conditions d’accueil et d’apprentissage des enfants, les ATSEM sont mobilisés sur tous les aspects logistiques tels que la préparation des activités et des goûters. Dans l’école maternelle où je travaille, un planning trimestriel est en place ; les parents apportent à tour de rôle les « produits » identifiés et compatibles avec les allergies/régimes alimentaires de certains petits. Tous les matins, je récupère les « denrées » pour préparer la collation du jour. Il s’agit le plus souvent de couper le pain, éplucher les fruits, mettre à disposition les biscuits, les yaourts, les carrés de chocolat… Côté activités, la classe est agencée en plusieurs ateliers. Pour chacun d’entre eux, j’identifie les besoins et met en place le matériel. Pâte à modeler, feutres, feuilles de papier, gommettes, peinture/pinceaux, fiches d’activité, jeu de mémorisation ou d’écriture, j’affecte le nécessaire selon le programme défini par l’enseignante. Je m’occupe également de nettoyer et de désinfecter les sanitaires tout en vérifiant le stock de papier toilette et d’essuie-mains. L’équipe est aussi vigilante à la bonne tenue des locaux et signale, aux agents techniques de la Mairie, tout dysfonctionnement pouvant impacter la sécurité des enfants ».
A l’ouverture des portes, tout est opérationnel pour accueillir les enfants dans  des conditions optimums de sécurité et d’hygiène.
Lors de l’accueil des enfants, l’ATSEM en lien avec l’enseignant, assure, si nécessaire,  un relais d’information auprès des parents ou des structures périscolaires. «Je m’occupe des moyennes sections. Comme ils ont déjà acquis une certaine autonomie, l’accueil du matin est plus aisé qu’avec des petites sections par exemple. Etant donné qu’ils sont familiarisés avec l’univers de l’école, ils connaissent les codes et les règles même si tous les enfants n’ont pas les mêmes automatismes. Je suis donc là pour épauler et accompagner ceux qui ont encore besoin d’un coup main pour quitter leurs affaires et mettre leurs chaussons, et encourager les autres vers une plus grande autonomie en vérifiant de loin qu’ils y arrivent tout seul et sans difficulté ! »

Seconder l’enseignant dans les activités pédagogiques

Le métier d'ATSEM a beaucoup évolué ces dernières années. De plus en plus impliqué dans le programme pédagogique de l’établissement, ce professionnel de la petite enfance participe activement aux déroulés des activités au côté des enseignants.
« La journée se découpe en plusieurs temps. Après la collation du matin, s’ensuit un temps collectif qui se décline toujours de la même manière : l’enseignante explique aux enfants le programme de la journée, définit les responsabilités de chacun (date, météo, présents/absents…). Puis, la matinée est consacrée aux apprentissages avec la rotation des enfants sur plusieurs groupes d’activité. En tant qu’ATSEM, je participe à la vie de la classe. Cela se traduit par une présence continue auprès des enfants, prête à intervenir au besoin pour remplir les pots de gouache, animer une activité, « moucher » un nez qui coule, gérer un « accident » de peinture sur les vêtements, épauler un enfant dans la tenue de son stylo, l’aider à comprendre une consigne, préparer les anniversaires… ma mission est très hétéroclite ! Pour que cela fonctionne, il est très important de travailler de manière collégiale avec l’enseignant et que la communication fonctionne bien entre l’équipe de l’école maternelle ».

Côté aptitudes

ATSEM c’est :
-    connaître les besoins des enfants à partir de 2 ans,
-    accompagner l’enfant dans ses apprentissages scolaires et sa prise d’autonomie,
-    appliquer les règles d’hygiène et de sécurité en collectivité,
-    veiller à la sécurité des enfants tout au long de leur prise en charge,
-    préparer les supports pédagogiques en lien avec l’enseignant,
-    participer/animer des activités auprès des enfants,
-    gérer les matériels éducatifs et le stock des produits d’entretien,
-    réaliser l’entretien des locaux et du matériel pédagogique,
-    travailler en complément sur des temps périscolaires (cantine, transport scolaire, garderie…),
-    apprécier le contact des enfants,
-    être patient et polyvalent,
-    savoir s’adapter et travailler en équipe.

Accès à la profession

3 concours permettent d’intégrer les fonctions d’ATSEM de 2e classe des écoles maternelles :

  • concours externe, ouvert aux titulaires du certificat d’aptitude professionnelle (CAP) « petite enfance », rebaptisé CAP « Accompagnant éducatif petite enfance » (AEPE) en 2018, après une refonte totale de la formation ou justifiant d’une qualification reconnue équivalente, => critère obligatoire ;
  • concours interne, ouvert aux fonctionnaires et agents des collectivités territoriales et des établissements publics, aux fonctionnaires et agents hospitaliers, de l’Etat ou d’une organisation internationale intergouvernementale. Les candidats doivent justifier de 2 années de services publics effectifs auprès de jeunes enfants en milieu scolaire et maternel ;
  • 3e concours, ouvert aux candidats justifiant, durant au moins 4 ans, d’une ou plusieurs activités professionnelles auprès de jeunes enfants, d’un ou plusieurs mandats de membre d’une assemblée élue d’une collectivité territoriale ou d’une ou plusieurs activités de responsable d’association.

A noter qu’en fonction de l’option choisie, les épreuves seront différentes.

Comme tout lauréat de concours, le candidat ayant réussi les épreuves est inscrit sur une liste d’aptitude. Il a ensuite 3 ans  pour trouver un poste dans une collectivité territoriale. Une fois recruté par le Maire, après avis du directeur d’école, l’ATSEM est nommé stagiaire pendant un an, avant d’être titularisé, sous réserve que son stage ait donné satisfaction.

Les besoins en personnel ATSEM sont importants dans les municipalités, ce qui permet au lauréat de concours de trouver rapidement des postes. Le vieillissement de la profession (nombreux départs en retraite prévus dans les 5 ans), le renforcement de la législation quant à la prise en charge des enfants de - 6 ans et les taux de natalité élevés, en sont les principales raisons.



 

40 métiers qui recrutent dans la fonction publique

Merci de renseigner votre e-mail

Un email vient de vous être envoyé avec le lien de téléchargement du livre blanc.
Bonne lecture !

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×